Prévoyance professionnelle

Seul compte le résultat et pas la présence

Pourquoi l’obligation de présence dans l’entreprise perd du terrain

Comment le bureau s’est réinventé

Peu importe où et quand les gens travaillent. Dans le nouvel environnement de travail, tout le monde est connecté via Internet. Mais pour tirer parti de cette opportunité, les possibilités techniques ne suffisent pas, il faut aussi que les chefs adoptent une autre approche de la conduite.

La veste «alibi» posée sur le siège de bureau, c’est du passé: la présence perd en importance et, de ce fait, la présence simulée aussi. Dans un monde du travail de plus en plus numérisé, ce qui compte, c’est de pouvoir présenter des résultats. Et peu importe où et quand ils sont réalisés. Chez les travailleurs hautement qualifiés plus particulièrement, la saisie du temps de travail a plutôt pour but de les protéger contre la surcharge de travail, affirme Matthias Mölleney, président de la Zürcher Gesellschaft für Personal-Management. «La performance et sa mesure sont désormais réglées par les accords sur les objectifs qui font que la présence ne joue plus aucun rôle.» 

Le nouveau monde du travail se fait attendre

Certes facile à dire mais le concept se heurte à de vieux schémas qui ont la vie dure. «Certaines nouvelles formes de travail sont déjà mises en œuvre en beaucoup d’endroits mais rares sont les entreprises qui ont opéré un changement radical vers une culture du travail 4.0», déclare Heike Bruch, professeure en leadership à l’Université de St-Gall. Et d’ajouter: «Plus de 90 % des entreprises ont néanmoins entamé une transformation sur le chemin du nouveau monde du travail.» Pour autant, certains pionniers comme Novartis se voient freinés dans leur élan: «Nous recevons de plus en plus de demandes de collaborateurs désirant flexibiliser et individualiser encore davantage leur temps de travail. Nous aimerions pouvoir leur donner satisfaction si cela s’avère compatible avec les impératifs opérationnels. Mais la loi sur le travail définit des limites très strictes dans ce domaine», précise Satoshi Sugimoto, porte-parole du groupe pharmaceutique. 

La culture de la présence n’a pas disparu

En Suisse, deux tiers des salariés doivent toujours être sur place – au bureau donc – si l’on en croit un sondage réalisé en 2015 par Ipsos Mori, alors qu’à peine la moitié des salariés sont dans ce cas en Scandinavie et en Grande-Bretagne. Cela dit, la Suisse refait son retard. Ces trois dernières années, les entreprises suisses ont accru leur offre de travail à domicile d’environ 30 %, d’après le cabinet de recrutement Robert Half. 

L’aspect financier doit être pris en compte

Certains salariés utilisent ces possibilités pour ne plus travailler qu’à temps partiel par exemple, s’ils peuvent se le permettre financièrement. Tous ceux qui ont songé à leur prévoyance privée sont bien lotis. Mais les salariés dont l’employeur a songé à compenser les possibles pertes de revenus par le biais de la prévoyance professionnelle le sont encore davantage.

Mobile et connecté à tout moment à l’entreprise

Avec Internet et les postes de travail mobiles, il n’est plus toujours nécessaire d’être à un moment précis à un endroit déterminé. Pourtant, les ordinateurs portables et les smartphones sont relativement peu utilisés jusqu’ici, comme ont pu le constater les responsables de l’étude de marché Ipsos Mori. 
«Dans la Silicon Valley, les entreprises permettent par exemple à leurs collaborateurs de décider librement et spontanément de travailler au bureau ou ailleurs», explique Andrea Back, professeure à l’Université de St-Gall, qui poursuit: «Concernant le travail nécessitant une communication au sein de l’équipe, les rencontres personnelles se révèlent malgré tout utiles et même indispensables pour certaines tâches.» Les collaborateurs doivent trouver eux-mêmes le juste équilibre, selon Andrea Back: «Ce ne sont pas les appareils mobiles et l’accès mobile qui permettent une conduite sans obligation de présence mais la parfaite interaction des divers facteurs de la culture et de l’organisation d’entreprise.

Gain de productivité avec le travail à domicile

La productivité s’accroît aussi dans ce cas: un environnement plus paisible améliore la concentration et permet du coup d’obtenir de meilleurs résultats, comme l’affirment 62 % des chefs du personnel suisses interrogés par Robert Half. 44 % disent percevoir un impact positif sur la créativité de leurs collaborateurs.

Les chefs doivent diriger autrement

Cela dit, 39 % des chefs du personnel estiment qu’il est plus difficile de diriger quand les salariés ne sont pas au bureau. Plus difficile? «C’est plutôt ‹différent›», indique Petra Jenner, à la tête de Microsoft Suisse pendant de longues années avant de rejoindre Salesforce. Elle ajoute: «Les managers qui ont grandi avec les modèles présentiels doivent soudain repenser entièrement leur style de conduite. Si, autrefois, l’accent était mis sur le contrôle du travail, à l’avenir, le supérieur jouera de plus en plus un rôle de moteur et de coach.» 

Et que pouvez-vous faire?

Dans le bureau du futur, personne ne se cachera derrière son bureau ou ne laissera pendre sa veste sur le dossier de son siège pour dissimuler une pause déjeuner prolongée. Il faut donc se poser cette question dès aujourd’hui: quel niveau de flexibilité peut m’être utile et être utile à mes collaborateurs? Vous le savez: les horaires et les lieux de travail flexibles sont une idée attrayante pour un grand nombre de vos employés. Dans la réalité, ils sont pourtant parfois freinés par la crainte de pertes financières. C’est là précisément que vous pouvez intervenir en tant qu’employeur, avec un plan de prévoyance bien pensé qui lisse la baisse de revenu liée aux horaires de travail flexibles et permet du coup de franchir le pas. Perspectiva offre précisément un tel plan de prévoyance attractif dans les variantes Relax et Choice.

Vous avez des questions?

Nous vous conseillons volontiers sur Relax et Choice

Vous désirez en savoir plus sur Relax ou Choice? Nous pouvons répondre à toutes vos questions lors d’un entretien personnel sur place. Fixez un rendez-vous avec un conseiller dans votre région.

Nous vous conseillons volontiers

Cela pourrait vous intéresser

Magazine