Prévoyance professionnelle

«Magnétiser» les talents

Comment fidéliser les collaborateurs sans les enchaîner

Ce qui compte aujourd’hui pour les candidats

Le salaire n’est qu’un élément parmi d’autres: bon nombre d’entreprises font les yeux doux aux collaborateurs en leur proposant des extras tels qu’une place de parc ou une salle de sport. Mais les talents d’aujourd’hui ont d’autres critères. Les deux plus importants: un travail intéressant et un juste équilibre entre travail et vie privée.

Le candidat voulait savoir ce que l’employeur avait encore à proposer, hormis un bon salaire. La cantine, une place de parc? Merci, dit le candidat. Et on ne le revit plus jamais.

Recrutement: les candidats ont l’embarras du choix

Les choses changent sur le marché du travail. Il est loin le temps où les responsables du personnel pouvaient se permettre de choisir les meilleurs parmi une multitude de candidats. Aujourd’hui, c’est souvent l’inverse: les candidats qualifiés peuvent choisir leur employeur. Une enquête de l’Office fédéral de la statistique a révélé que 32 % des entreprises suisses rencontrent des problèmes de recrutement. Pour être choisie comme employeur, une entreprise doit donc faire la «meilleure» offre. Mais comment la composer?

Il ne suffit en tout cas pas d’offrir le salaire le plus élevé. Ce qui intéresse les employés qualifiés, c’est l’équilibre entre travail et vie privée, les possibilités de développement et d’avancement ou la prise en charge des enfants. Rarement une place de parc. Certes, 56 % des entreprises suisses en proposent une, mais seuls 9 % des candidats considèrent cela comme un avantage. Les extras pèsent certes souvent dans le choix d’un employeur, reconnaît Jörg Buckmann, chef du personnel de VBZ depuis de longues années. Quand on veut fidéliser durablement des collaborateurs, se fier au café gratuit et à la salle de sport de l’entreprise, c’est courir à l’échec.

En revanche, un employeur attentif aura les faveurs de salariés désireux de travailler à temps partiel ou de prendre un congé sabbatique. Tout le monde n’a pas songé à sa prévoyance privée. Les employeurs peuvent marquer des points en comblant en grande partie les pertes de revenu par la prévoyance professionnelle.

En tête de liste: les horaires de travail flexibles

La plateforme d’évaluation Kununu a déterminé ce que souhaitent les travailleurs en Suisse, en Allemagne et en Autriche. L’élément le plus important, ce sont les horaires de travail flexibles: 51 % des salariés souhaitent bénéficier de cette possibilité et 55 % des entreprises suisses les proposent. En deuxième position figure le travail à domicile, que 34 % des salariés aimeraient adopter et que 36 % des entreprises suisses pratiquent. Et en troisième position, 27 % souhaiteraient pouvoir emmener leur chien au travail, ce qui est possible dans 14 % des entreprises suisses.

De tels avantages peuvent être tout à fait déterminants dans le choix d’une entreprise, affirme Jörg Buckmann. Mais l’employeur ne pourra pas pour autant se reposer sur ses lauriers: pour motiver vraiment et durablement, les entreprises doivent offrir un travail intéressant et des perspectives. Les spécialistes parlent de «magnétisme» pour qualifier cette capacité à fidéliser des collaborateurs sans les enchaîner. Et les libertés offertes jouent un rôle central dans ce cadre. Les salariés doivent avoir le contrôle de leur travail. Et il importe aussi à leurs yeux de faire un travail qui ait du sens et fasse bouger les choses.

Collaborateurs «volages»

Sinon, un employé qualifié claque rapidement la porte. Plus de deux tiers des responsables du personnel redoutent de perdre sous peu des collaborateurs attirés par d’autres entreprises. C’est ce qui ressort d’une étude du marché du travail réalisée par la société de recrutement Robert Half. Autre constat: 60 % des responsables du personnel ont observé une hausse de la rotation du personnel ces trois dernières années.

Les entreprises suisses sont «particulièrement habiles» dans l’art d’intéresser les talents, estime Norbert Thom, professeur d’économie émérite à l’Université de Berne. L’avantage, c’est que les managers de demain apprennent ainsi, au fil de leur carrière, à connaître l’entreprise de fond en comble. «On peut bien sûr recruter des cadres en externe si on y met le prix, précise Norbert Thom, mais quand on est à court de jeunes talents, c’est mauvais pour la continuité.»

Et que pouvez-vous faire?

Vous voulez, vous aussi, «magnétiser» des talents? Et les fidéliser sans les enchaîner? Proposer un plan de prévoyance attractif est un atout important, même si les jeunes talents songent rarement à leur rente de vieillesse. Pour autant, vos collaborateurs peuvent tirer parti très tôt des avantages d’un plan de prévoyance bien pensé, qui peut leur garantir une compensation financière durant un congé sabbatique ou une phase de travail à temps partiel par exemple. Perspectiva offre précisément un tel plan de prévoyance attractif dans les variantes Relax et Choice.

Vous avez des questions? Nous vous conseillons volontiers sur Relax et Choice.

Vous désirez en savoir plus sur Relax ou Choice? Nous pouvons répondre à toutes vos questions lors d’un entretien personnel sur place.

Nous vous conseillons volontiers

Cela pourrait vous intéresser

Magazine