Bon à Savoir

Oser la carrière en arc

Pourquoi la carrière n’est pas forcément une ascension sans fin

Le bon filon

Ralentir, ne serait-ce que pour une question de santé?

Impossible pour de nombreux cadres. La donne change pourtant si leur employeur introduit la carrière en arc. Une bonne chose non seulement pour les managers mais aussi pour toute l’entreprise. 

Ueli Moser, 64 ans, n’envisageait pas de partir à la retraite anticipée mais pas davantage de continuer à travailler du lundi au vendredi en tant que cadre. À la tête d’une équipe de développement chez Ypsomed, il souhaitait s’impliquer davantage dans des projets importants pour lui, le manager ayant toujours gardé un esprit de créateur. Il a donc demandé à son employeur s’il pouvait réduire quelque peu le rythme. Son but était de continuer à apporter son savoir-faire mais sans remplir une fonction de conduite. Simon Michel, son CEO, lui a tendu une oreille attentive: il estime que les experts sont tout aussi importants que les meneurs d’hommes. Depuis le printemps 2016, Ueli Moser travaille comme gestionnaire de projets dans son entreprise spécialisée en technique médicale, sans avoir à assumer la moindre tâche de conduite. Il ne regrette pas le moins du monde d’avoir fait ce choix: «On continue à me demander mon avis.»

La carrière prend une forme en arc chez les travailleurs plus âgés

Ueli Moser a opté sciemment pour une carrière en arc. C’est nouveau. Cette carrière a ceci de particulier qu’au lieu de continuer à mener au sommet, elle prend une forme en arc. Elle permet donc d’emprunter une nouvelle voie dans la vie professionnelle, même sans changer d’entreprise. Il existe différentes variantes: certains – comme Ueli Moser – réduisent leurs responsabilités, d’autres se reconvertissent et d’autres encore réduisent leur temps de travail. Et rien n’empêche de combiner toutes les options. La carrière en arc permet de se lancer dans des projets passionnants, au lieu de chercher à accroître le nombre de subordonnés. On peut conseiller au lieu de donner des instructions. Ou ne travailler que trois jours par semaine au lieu d’accumuler des heures supplémentaires. 

L’aspect financier doit être pris en compte

Le tout est de pouvoir se le permettre financièrement. Les salariés qui ont songé à leur prévoyance privée sont bien lotis. Mais les salariés dont l’employeur a songé à compenser les possibles pertes de revenus par le biais de la prévoyance professionnelle sont encore mieux lotis; il faut bien sûr pour cela que l’employeur mette les carrières dirigeantes et d’expert sur un pied d’égalité.

De la qualité de vie à la place du stress à partir de 50 ans

L’important est de fixer des priorités. En optant pour la qualité de vie plutôt que pour le stress, ne serait-ce que pour rester en bonne santé. Et l’employeur en profite également. C’est pour cette raison d’ailleurs que la Migros n’attend pas de recevoir les demandes de collaborateurs désireux de ralentir le pas. Depuis trois ans, la Fédération des coopératives Migros encourage activement les carrières en arc; plus d’une dizaine de salariés ont d’ailleurs déjà emprunté cette voie. La Migros s’attend à une hausse du nombre de personnes intéressées dans les prochaines années, lorsque la génération des baby-boomers partira à la retraite. 

Nouveaux modèles de travail et questions de statut

Deux facteurs expliquent pourquoi les carrières en arc restent plutôt l’exception: la perte de statut et la perte financière. De nombreux salariés n’arriveraient pas à concilier cela avec leur ego, déclare Norbert Thom, professeur émérite en organisation et personnel à l’Université de Berne. Il se bat dès lors pour une meilleure acceptation sociale et plaide en faveur du choix d’une carrière en arc comme carrière standard. Sa proposition: gagner le plus à mi-chemin de la vie professionnelle, le salaire baissant de nouveau par la suite. Cela offre des possibilités des deux côtés.

Et que pouvez-vous faire?

La carrière en arc séduit de nombreux collaborateurs – en théorie du moins. Dans la réalité, ils reculent souvent par crainte de pertes financières. C’est là précisément que vous pouvez apporter votre pierre en tant qu’employeur, avec un plan de prévoyance bien pensé qui lisse la baisse de revenu liée à l’adoption d’un rythme de travail moins stressant et permet du coup de franchir le pas. Perspectiva offre précisément un tel plan de prévoyance attractif dans les variantes Relax et Choice.

Nous vous conseillons volontiers

Cela pourrait vous intéresser:

Magazine