Fondation collective

Assurance complète ou solution semi-autonome

Quelle caisse de pension choisir?

Quelle caisse de pension convient à mon entreprise?

Le choix d’une solution de prévoyance d’entreprise est une décision importante pour les dirigeants de PME suisses. Il y va, il est vrai, de la prévoyance vieillesse de leurs collaborateurs. Dans notre article, nous comparons deux modèles de prévoyance en passant en revue leurs principales caractéristiques.

Déterminant: le rapport entre sécurité et rendement

Quand elles ont à faire le choix d’une solution de prévoyance professionnelle appropriée, la plupart des petites et moyennes entreprises optent pour l’un de ces deux modèles: l’assurance complète ou une solution semi-autonome. Comme le but est d’épargner en vue de la retraite, le rapport entre rendement et sécurité joue un rôle central dans la prise de décision.

Assurance complète: comme faire du ski en station

Comme le nom l’indique, l’assurance complète met l’accent sur la sécurité. Ses caractéristiques l’apparentent au fond à une journée de ski dans une station de sports d’hiver typique. Toutes les installations y sont conçues pour offrir aux skieurs une expérience la plus confortable possible sans surprises indésirables. On achète une carte journalière, on rejoint la station supérieure en télécabine et on redescend gentiment dans la vallée sur des pistes bien préparées. Grâce aux canons à neige, il y a toujours de la neige en suffisance. Et si la météo fait des siennes, on se replie tout simplement sur le restaurant de montagne, bien au chaud.

Infografik_Skitag_neu_fr

La sécurité par une politique de placement prudente

Dans l’assurance complète, c’est un peu la même histoire. Moyennant une prime plus élevée (carte journalière pour l’utilisation de l’infrastructure), on couvre non seulement les risques de décès et d’invalidité mais aussi tous les risques de placement. Pour pouvoir garantir ces sécurités, les prestataires adoptent une politique de placement très prudente. En règle générale, plus de 70 % des avoirs sont investis dans des titres à revenu fixe et moins de 5 % en actions. Pour garder l’image, la télécabine est certes sûre mais elle n’amène les skieurs qu’à une altitude limitée. Les perspectives de rendement sont donc modestes. Dans ce domaine, la plupart des caisses semi-autonomes offrent de bien meilleures conditions.

Solution semi-autonome: comme la liberté d’une randonnée à skis

Étant donné qu’une caisse de pension semi-autonome ne doit pas garantir un taux de couverture de 100 %, elle dispose de possibilités bien plus larges. Ces libertés s’apparentent aux avantages d’une randonnée à skis. Ici, on profite d’une descente dans une poudreuse intacte, là, on a la liberté d’investir davantage en actions. Loin des contraintes des pistes balisées et des télécabines, on se réjouit d’atteindre des altitudes plus élevées, autrement dit d’avoir de meilleures perspectives de rendement à long terme.

Peser les risques

En contrepartie, on prend certains risques. Si la météo se dégrade, on ne peut pas simplement se rendre au refuge pour boire un bon thé chaud. De plus, la piste n’est pas préparée. En résumé: le risque s’accroît. Si l’on se reporte au cas de la fondation semi-autonome, cela signifie que si le climat économique se détériore, elle doit pouvoir accepter des rendements négatifs. Toutefois, comme des découverts à court terme sont autorisés, le risque supérieur devrait, à long terme, se traduire par une meilleure rémunération de l’avoir de vieillesse par rapport à l’assurance complète. 

Infografik_Skitour_neu_fr

Quelle est la bonne solution?

Le confort de la liste préparée ou la liberté de la randonnée à skis? Comme avec les sports d’hiver, il n’y a ni bon ni mauvais choix en matière de prévoyance d’entreprise. Comme il s’agit toutefois de trouver la solution optimale pour l’entreprise, les collaborateurs et soi-même, cela vaut la peine d’étudier la question en détail. La décision différera selon que la priorité va à une sécurité maximale ou à une rémunération supérieure des capitaux de vieillesse.

Il faut aussi garder à l’esprit que les garanties d’une couverture complète sont forcément compensées par un rendement plus faible. On déclare accepter une politique de placement qui n’investit quasiment pas en actions. Il faut calculer individuellement si les propres exigences à la retraite peuvent être satisfaites avec une rémunération annuelle faible. Les solutions semi-autonomes promettent ici une rémunération supérieure et, partant, un avoir de prévoyance plus élevé à l’âge de la retraite.

Il est toujours utile de se faire conseiller

Lors du choix d’une solution appropriée pour la caisse de pension, ces éléments ne transparaissent pourtant pas toujours directement dans les primes. L’effet sur les prestations et le capital de prévoyance ne doit néanmoins pas être sous-estimé. Mieux vaut en tout cas faire appel à un spécialiste pour bien analyser tous les aspects. 

Nous vous conseillons volontiers

Glossaire

En matière de prévoyance d’entreprise, certains concepts reviennent encore et toujours. Voici les principaux, brièvement expliqués.

Le taux de conversion est le pourcentage sur la base duquel l’avoir de vieillesse disponible est converti, à la retraite, en une rente de vieillesse annuelle (y compris l’assurance pour une rente de conjoint en cas de décès).

Le taux de couverture indique le rapport entre les valeurs de placement effectivement détenues, d’une part, et les avoirs de vieillesse et les engagements, d’autre part. Idéalement, le taux de couverture doit être supérieur à 100 %. 

Cela pourrait vous intéresser

Magazine