Caisse de pension

Quel avenir pour la caisse de pension?

Notre système de prévoyance professionnelle est-il en péril? Entretien avec Pascal Renaud, expert en caisses de pension.

Nous sommes passés maîtres dans l’art de dénigrer notre système de prévoyance.

Pascal Renaud, expert en prévoyance professionnelle

Quel avenir pour les caisses de pension?

Le déséquilibre démographique et la faiblesse des taux d’intérêt entament la confiance dans la prévoyance vieillesse. Pascal Renaud, expert en matière de prévoyance professionnelle agréé par la Commission de haute surveillance (CHS), évalue l’avenir et les opportunités des caisses de pension.

Monsieur Renaud, vous êtes actif dans le domaine de la LPP depuis 1993. Qu’est-ce qui a changé ces vingt dernières années dans l’univers de la prévoyance professionnelle?

«De nombreuses modifications de la LPP ont compliqué la tâche des caisses de pension et des employeurs. La marge de manœuvre est devenue plus étroite et l’engagement positif de certaines caisses est plus limité. Les questions administratives ont également pris de l’ampleur, au profit d’une transparence accrue. Il en a résulté un important processus de concentration, dans lequel de nombreuses entreprises ont dissout leur petite caisse de pension pour s'affilier à des fondations collectives telles que Perspectiva. Ce sont surtout les PME qui ont pris cette décision, car les fondations leur proposent une solution sans souci d’un seul tenant.»

Notre prévoyance professionnelle en Suisse a-t-elle encore un avenir?

«Oui, bien sûr. Sur le plan international, la prévoyance suisse fait figure d’exemple, même si nous sommes passés maîtres dans l’art de la dénigrer. Notamment, le 1er et le 2e pilier se complètent. Exemple des babyboomers: à elles seules, les cotisations AVS de la jeune génération, moins nombreuse, ne permettraient pas de régler les prestations de retraite. La prévoyance professionnelle jouit ainsi d’une forte légitimité qui ne cesse de gagner en importance au vu de l’évolution démographique de la Suisse.»

Comment reconnaître une bonne caisse de pension?

Qu’est-ce qui rend notre deuxième pilier aussi fort?

«Le fait que la prévoyance professionnelle repose via le système de capitalisation sur des fonds effectivement disponibles et se trouve ainsi moins tributaire des évolutions démographiques constitue un avantage essentiel. Les investisseurs profitent en outre des économies d’échelles, autrement dit d’un avantage quantitatif. Pour simplifier, la prévoyance professionnelle n’est rien d’autre qu’une épargne collective. Les petites caisses de prévoyance qui adhèrent à la Fondation collective Perspectiva profitent par exemple d’une organisation professionnelle, ce qui bénéficie en définitive aux assurés. L’assurance-invalidité et de risque constitue un autre avantage. Ces risques ne peuvent être couverts par la prévoyance professionnelle que de manière collective.»

Comment le néophyte peut-il reconnaître une bonne caisse de pension?

«Une bonne caisse de pension est une institution qui peut garantir le versement des prestations. Une organisation professionnelle des placements est également importante. Elle permet de générer de meilleurs rendements des placements et donc d’obtenir une meilleure rémunération des avoirs de vieillesse des assurés. Une bonne caisse de pension informe par ailleurs en toute transparence, communique de manière compréhensible et propose un conseil compétent. Cela permet de renforcer la confiance dans la prévoyance professionnelle.»

Nous vous conseillons volontiers

Prenez rendez-vous avec un spécialiste du deuxième pilier

Quels chiffres clés faut-il vérifier?

Quels sont donc les aspects à prendre en compte lors du choix d’une caisse de pension?

«En complément des aspects précédemment évoqués, je dirais qu’il faut se méfier du <miroir aux alouettes> présenté par certaines institutions de prévoyance. Il y a toujours des institutions qui présentent leur situation financière sous un meilleur jour et qui font des promesses de prestations agressives pour acquérir de nouveaux clients, aux frais des assurés existants. Cela se manifeste par exemple par un taux de conversion élevé qui n'est pas finançable, ou seulement au détriment de la rémunération des avoirs de vieillesse des assurés ou au prix de cotisations de risque accrues. Un autre problème réside dans l’utilisation d’un taux d’intérêt technique trop élevé. Dans ce cas, l'engagement lié aux rentes est sous-estimé, tandis que le taux de couverture est surestimé.»

Puis-je savoir qui me présente un «miroir aux alouettes» et qui non?

«Oui, si vous prenez le temps et examinez les comptes annuels de votre caisse de pension en ce qui concerne le taux de conversion, le taux d’intérêt technique et le capital de prévoyance des assurés actifs par rapport au capital de prévoyance des bénéficiaires de rentes, vous pouvez déterminer la situation financière effective de l’institution de prévoyance. Celui qui ne s’en sent pas capable peut toujours demander conseil à un spécialiste.»

Plus l'âge de la retraite approche, plus une caisse de pension attrayante est importante lors du choix de l’employeur.

Pascal Renaud, expert en prévoyance professionnelle

Quel rôle joue la prévoyance lors du recrutement?

La prévoyance professionnelle gagne-t-elle en importance lors du choix d’un employeur?

«Cela dépend très fortement de l’âge du salarié. Pour ceux qui entrent dans la vie active à la suite d’un apprentissage ou d’une formation universitaire, il s’agit avant tout de relever des défis passionnants, d’intégrer une équipe dynamique ou de planifier une carrière. La situation est différente pour les ‹High Performers›, les quadragénaires et quinquagénaires. Plus ils se rapprochent du départ à la retraite, plus une caisse de pension attrayante est importante lors du choix de l’employeur. Mais le phénomène dépend aussi de la branche. De bonnes assurances-invalidité et de risques sont par exemple très demandées dans le secteur du tourisme. Les employeurs devraient donc connaître leurs prestations de prévoyance et les besoins de leurs collaborateurs.»

À propos de Pascal Renaud

Pascal Renaud est expert en assurance de pension diplômé et expert en matière de prévoyance professionnelle agréé par la CHS. Il est en outre chargé de cours pour le MAS Gestion bancaire et le MAS Gestion de caisses de pension à l’Institut de services financiers de la Haute école de Lucerne. Partenaire-fondateur de Toptima AG, il conseille les caisses de pension et les entreprises.

Vous avez des questions?

Vous souhaitez en savoir plus sur les possibilités offertes par une fondation collective? Nous répondons volontiers à vos questions lors d’un entretien personnel dans vos locaux. Fixez un rendez-vous avec un conseiller dans votre région.

Nous vous conseillons volontiers

Prenez rendez-vous avec un spécialiste du deuxième pilier

Cela pourrait aussi vous intéresser

Magazine